Taal selectie

Or
et mines
aurifères

L'assurance géopolitique

Plus le président Trump exerce des pressions (voire impose des sanctions) sur des pays comme la Chine, l'Iran, la Turquie et la Russie, dont certains sont des alliés historiques des États-Unis, et néglige les forums internationaux comme les Nations Unies ou l'Organisation mondiale du commerce, plus les investisseurs devraient se tourner vers l'or comme valeur refuge. C'est du moins ce que nous pensions, mais en quoi nous sommes-nous trompés ?

GoldminersEtf(Source : Bloomberg)

L'examen détaillé des fondamentaux de l'or révèle que l'offre dépasse actuellement la demande. Au deuxième trimestre de cette année, l'offre s'est élevée à environ 1’120 tonnes, dont 835 tonnes provenaient de l'exploitation minière et le reste du recyclage. La demande était pour sa part plutôt faible à 964 tonnes, laissant le marché sur-approvisionné et entraînant le prix à la baisse.

La demande joaillière (qui représente environ la moitié de la demande totale), de lingots et pièces d’or (environ 25 %) et du secteur technologique (un peu moins de 10 %) tend à être assez stable au fil du temps. Bien qu’habituellement très imprévisible, la demande des banques centrales s'est également avérée assez régulière au cours des deux dernières années. A la marge donc, et malgré son poids de 5% seulement dans la demande totale, c’est la composante des flux en ETFs qui a déterminé l’évolution du cours de l'or, aux côtés des hedge funds et des fonds de matières premières (qui négocient principalement des futures - dits "or papier" - et spéculent sur base d'analyse technique).

Le fait que les investisseurs américains se sont défaits d’ETFs aurifères au cours des derniers mois et que les fonds susmentionnés ont réalisé des ventes record de contrats à terme après l’incapacité de l’or à franchir le niveau de USD 1’350 l’once à plusieurs reprises entre janvier et avril, a ébranlé le cours. Plusieurs explications ont été avancées pour expliquer la cession par les investisseurs américains de tout (ou partie) de leurs avoirs en ETFs aurifères, notamment la hausse des taux d'intérêt qui rend les bons du Trésor plus attrayants. Plus probablement, les investisseurs ont simplement pris peur lorsque le prix de l'or a commencé à corriger, du fait d'importantes ventes à découvert d'ordre technique, puis suivi le troupeau.

Le prix de l'or a toutefois un plancher : son coût de production, qui se situe entre USD 900 et 950 l’once pour les mines de grande envergure. A environ USD 1’200/once, l'or demeure bien au-dessus de ce plancher.

Màj : Septembre 2018

En navigant sur ce site web vous acceptez nos Conditions d’utilisations et politque en matière de protection des données et de cookies .
Accepter